[Total : 7    Moyenne : 2.6/5]

On croyait avoir découvert les “fruits panacés” à travers le goji, l’açaï, le mangoustan et la grenade ?

et bien il semble que la nature ait plus d’une surprise dans son sac, et l’engouement actuel pour les superaliments et les superfruits, ces trésors de Mère Nature si précieux pour palier aux excès de notre mode de vie moderne, favorise la découverte ou plutot la redécouverte de baies remarquables..
Cette fois donc, c’est le Chili qui nous livre une merveille. Un heureux hasard fait que c’est un botaniste français spécialiste du Chili, Claude Gay (http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Gay), qui a le premier étudié cette plante au milieu du 19ème siècle.
Comme l’açaï, le maïs mauve ou la myrtille, la couleur pourpre de la maqui lui vient de sa richesse en anthocyanes, ces flavonoïdes si précieux pour leur activité antioxydante générale et de détoxination, et leur action sur la circulation sanguine et la rétine en particulier.
Les baies de maqui, que l’on appelle également “raisin chilien”, sont des baies uniques qui poussent dans les régions éloignées de la Patagonie du Chili, un des endroits les plus propres et les plus fertiles au monde, dans la forêt vierge tempérée de la région volcanique de Valdivia, connue pour être une “écozone” riche en espèces endémiques, de par sa situation particulièrement isolée.
Les tribus amérindiennes Mapuches (http://fr.wikipedia.org/wiki/Mapuches) consommaient les feuilles, baies et tiges sauvages afin de traiter une grande variété de maux. Les noms vernaculaires (locaux) est : maqui ou maquei, queldrón, ach, koelon, ou clon.

Baies de maqui bio - aristotelia chilensis

Baies de maqui bio – aristotelia chilensis

Propriétés :

Les baies de Maqui aident à augmenter le métabolisme et à perdre du poids. Une étude réalisée à l’Université du Texas à Austin, montre les effets positifs des baies de Maqui sur l’amaigrissement. Les baies de Maqui sont asringentes, et contribuent à éliminer les toxines et les produits chimiques du corps.
De plus, grâce à ses propriétés antioxydantes (cf les tests ORAC montrant une activité antioxydante quasi inégalée !), ces baies permettent de renforcer notre système immunitaire. Elles ont un pouvoir antioxydant trois fois plus importante que l’Açaï par exemple. Les baies de Maqui sont également une bonne source de vitamines A et C, de potassium, de calcium et de fer. Son goût est légèrement acidulé et rappelle celui d’un bon vin rouge.
Aristotelia chilensis est un arbre appartenant à la famille des Elaeocarpacés (plantes dicotylédones comprennant environ 400 espèces d’arbres et d’arbustes des régions tempérées et surtout sub-tropicales) qui pousse dans la forêt vierge tempérée de la région de Valdivia, située dans le nord de la “région des fleuves” (http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gion_des_Fleuves) et des régions adjacentes du sud-ouest de l’Argentine.
C’est un petit arbre qui atteind 4 à 5 mètres de haut, à feuilles persistantes, au tronc divisé en de nombreuses branches fines et flexibles. La feuille est simple, opposée, lancéolée, avec des bords dentelés, et avec des épais pétioles rouges. La fleur est petite et blanche donnant un fruit comestible très apprécié des oiseaux.
Les baies, petites et de couleur pourpre-noire, font 4 à 6 mm de diamètre. La baie de maqui est aussi appelée le raisin du Chili.
Des recherches sur la baie de maqui ont montré qu’elle contient des anthocyanines comprenant 8 glucosides de delphinidine et de cyanidine, la principale anthocyanine étant le “delphinidine 3-sambubioside-5-glucoside” (34% du total des anthocyanines). 100 g de baie fraîche de maqui contient en moyenne 138 mg d’anthocyanines (212 mg pour 100g de fruit séché) ; des anthocyanines sont également présentes dans les feuilles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*